Une messe pleine d’émotions pour le départ

de l’abbé Antoine

 

La collégiale était pleine dimanche pour la messe d’action de grâce en guise d’au revoir à l’abbé Antoine. Cette fréquentation inhabituelle prouve, si besoin était, que ce prêtre avait conquis le cœur de beaucoup de paroissiens et paroissiennes. Et c’est sous le signe de l’émotion, non feinte, que notre frère togolais a présidé cette Eucharistie. Larmes, ferveurs et remerciements se sont succédé !

Le curé-modérateur Lukasz l’a dit en introduction : ce n’est pas à cause de la bénichon que l’église était pleine ! Pourtant, il a fait un joli lien avec ces libations culinaires… A la bénichon, on fête la fin des récoltes. Dimanche, à la collégiale, on a fêté la belle moisson que l’abbé Antoine a récolté durant ses trois années de ministère dans la Broye. Et de comparer l’abbé Antoine à un pasteur miséricordieux, lui souhaitant de conserver son cœur dans la joie !

Aucune crainte, il l’a même chanté, la gorge nouée, avec l’aide de l’équipe pastorale, à l’heure de remercier tous ceux qui l’ont aidé à vivre un ministère aussi fécond et d’offrir à l’assemblée, avec l’aide des chœurs mixtes réunis, un hymne à l’amour maternel. Ah, la, la…qu’il va nous manquer ! C’est ce que beaucoup de paroissiens lui ont dit, certains en pleurs, à la sortie de la messe. Ils auraient voulu prolonger ce temps de partage avec ce frère tant aimé qui s’en va occuper poursuivre son ministère chez lui et prendre soin de sa maman malade. Et aider nombre de filles mères qui bénéficient du soutien de à l’association que Frère Antoine a créée pour les soutenir. (cjy).

La vidéo